Révolution numérique et coworking : Vers une ville vaporeuse? | DNArchi

Dans cet article, Francesco Cingolani, architecte / blogueur / chercheur, interroge la notion de coworking, et en particulier, expose les potentialités et les apports de cette pratique de l\’espace pour la conception architecturale numérique. Il questionne l\’évolution de nos espaces physiques de travail à l\’ère de la dématérialisation de nos supports de représentation, d’interactions sociales comme d\’information. Francesco Cingolani s\’engage ici pour le coworking qu\’il met en œuvre dans son espace SuperBelleville

via Révolution numérique et coworking : Vers une ville vaporeuse? | DNArchi.

Les figures du tiers espace : contre-espace, tiers paysage, tiers lieu

Le tiers espace est à la fois une réalité de l’expérience humaine et un dispositif opératoire. Quel est le rapport entre le réseau numérique des fablabs, la culture do it yourself, l’économie solidaire du circuit court, les mouvements des indignés, les marchés biffins des récupérateurs-vendeurs, les Zones A Défendre contre les zones d\’aménagement différé, l’exploration urbaine des freerunneurs, l’art outsider ? Ce sont différentes figures d’un tiers espace.

via Les figures du tiers espace : contre-espace, tiers paysage, tiers lieu.

Pour des espaces hybrides et partagés… — The French Tech Touch — Medium

Depuis longtemps, je préfère la définition d’”espace hybride et partagé” à celle de “tiers lieu” et je vais vous expliquer pourquoi.

Je sais bien que l’expression “tiers lieu” est devenu la référence, suite à la publication du sociologue Ray Oldenburg d’un ouvrage appelé  The great good place  destiné à conforter la stratégie marketing des StarBucks Coffees et qui, par viralité, s’est répandu parmi les chercheurs ou praticiens qui gravitent à la frontière de la vie des gens, du développement para public et des nouveaux modes de travail.

Je n’aime pas cette formule littéralement. Elle me paraît construite “en creux”, par défaut, dans une conceptualisation dénaturée, comme si après avoir organisé la ville de manière civilisée et rationnelle, il en restait un petit bout, sans affection ou destination, une sorte de jachère immobilière que l’on allait attribuer, in fine, à un ou des “tiers”, des autres, des différents, qui ne sont pas parties au contrat social, politique ou économique.

Pour des espaces hybrides et partagés… — The French Tech Touch — Medium.